Contacter la mairie : 
Tel : 03 82 83 40 51
Fax : 03 82 83 42 86
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
plan d'accès

Ouverture mairie
Lundi : 17h00-19h00
Mardi : 10h00-12h00
Mercredi : 17h00-19h00
Vendredi : 10h00-12h00

Les premières traces de vie collective remonte à l’Antiquité. La proximité de la voie romaine Metz-Trèves (limite Est de la commune), des tertres funéraires gallo-romains, des substructions d'habitats gallo-romaines prouvent cette première occupation humaine sur notre territoire. Pour anecdote, un trésor composé de 15222 monnaies gallo-romaines a été retrouvé dans la commune (enfouissement du trésor à dater entre 286 et 293). Une partie de celui-ci est actuellement visible au musée de la Cour d’Or à Metz.

En 1790, Basse-Rentgen acquit ses deux actuelles entités territoriales : Haute-Rentgen et Preisch, cette dernière contribuant à sa notoriété.

Jusqu'en 1808, Basse-Rentgen dépendit de la paroisse de Puttelange, bien qu'étant une des mairies de la seigneurie de Rodemack. Haute-Rentgen se dote d'une chapelle dite Saint-Hippolyte en 1765 et tous les ans la tradition veut qu'on fête ce saint au hameau. À côté de la chapelle, on y découvre une double-croix datant de 1480.

cloche

En 1826, après l'avoir seulement acquis, le village cède le hameau de Dodenom à Roussy-le-Village. Basse-Rentgen construisit sa propre église à l'écart du village (1827, une construction de l'architecte diocésain Derobe), mais celle-ci va être « rattrapée » par l'extension du village.

Une petite allée bordée de tilleuls conduit au domaine du château de Preiche, propriété depuis 1852 de la famille de Gargan. À l'époque, le domaine se dota d'une huilerie, d'une distillerie, d'une brasserie liée à une houblonnière alors qu'au village on pouvait trouver une tuilerie, aujourd'hui rasée mais qui a laissé son nom à une rue.

Plusieurs maisons et monuments ont été détruits lors de la Première Guerre mondiale. Lors de la Seconde Guerre mondiale on a pris soin d'évacuer la population dans le petit village de Savigny-sous-Faye.

Depuis, le village n'a quasiment plus aucun commerce : les trois cafés (deux à Basse-Rentgen et un à Preisch) ont fermé, ainsi la banque récemment. Le seul commerce restant au village est le bar/restaurant du golf. Malgré cela, la population tend à s'accroître, la position géographique de Basse-Rentgen étant un attrait majeur pour les travailleurs frontaliers.

Le village a gardé quelques fermes anciennes à Haute-Rentgen et Basse-Rentgen, mais de nouvelles rues sont construites (rue St-Hippolyte à Haute-Rentgen) ou largement agrandies (rue de l'église), même si dans le même temps, Preisch se dépeuple, ce qui fait que la population de Basse-Rentgen, après avoir longtemps tourné autour de 200 habitants, en compte désormais près de 370.